#5 Au quotidien, gérer la famille, les cours, le concours

Comment, en famille, avons-nous adapté notre quotidien à la préparation de l’agrégation ? Comment gérer la triple casquette d’enseignante, de candidate, et de mère ?

Ma casquette enseignante :

Je faisais mon travail mais pas plus, et essentiellement au collège, pour bien circonscrire cette tâche.

Ma casquette candidate :

J’avais un rythme archi calé : je travaillais l’agreg de 19h à 21h en semaine et un jour et demi le week-end. Je me couchais à 22h au plus tard. (22h15 quand j’avais formation le soir)

Ma casquette mère de famille : à chacun ses tâches :

Je m’occupais de notre fille en semaine le matin, après mes cours, jusqu’à son coucher à 19h. Mon mari s’en occupait tout le week-end.

On s’était réparti les tâches familiales en fonction de ce que je pouvais faire en écoutant des podcasts : à moi le linge, la vaisselle (parfois), les promenades en poussette avec le casque sur les oreilles. A mon conjoint… tout le reste !

Ma casquette femme :

J’essayais de ménager des pauses à mon conjoint pendant les journées de week-end (fatigantes avec un enfant en bas âge) et on se gardait une soirée en couple par semaine, sans travailler.

Un rythme sur mesure

Pendant les vacances, je pouvais travailler toute la journée, et je relâchais un peu le week-end. J’ai aussi pris une à deux semaines de vraie pause pendant l’été, mais pas pendant les petites vacances. Ce qui compte, c’est d’écouter ses besoins, pas les mauvaises langues ou votre culpabilité qui vous disent « si tu coupes une semaine, c’est mort ! »

Certains jours, le rythme était un peu perturbé (par les conseils de classe, les réunions de parents ou autre), mais j’essayais quand même de relire une fiche 10/15 minutes avant de dormir, histoire de rester mobilisée pour le concours.

L’essentiel à retenir :

  • chaque personne et chaque situation est unique : c’est votre rythme qu’il faut trouver
  • prendre soin de ses besoins, et de ceux qui nous soutiennent
  • la régularité : faire un petit peu plutôt que rien, chaque jour
  • identifier et rentabiliser tous les moments possibles pour travailler dans la journée et dans la semaine (et ça peut être en se déplaçant, en faisant la vaisselle, grâce aux podcasts)
  • ne pas culpabiliser si on ne tient pas ses objectifs,
  • et surtout, ne pas abandonner !

   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.