#3 Organiser son travail

Dans cet épisode, je vous partage mon planning et les ressources que j’ai utilisées pour préparer l’écrit et l’oral dès le début.

Planning de préparation

Dès le début, je voulais non seulement préparer les écrits, mais aussi les oraux. On m’avait beaucoup dit « après les écrits, il sera trop tard pour commencer à préparer les oraux ». Effectivement, lors de l’agrégation externe 7 ans avant, j’avais en partie échoué car j’avais donné trop d’importance aux écrits et pas assez aux oraux jusqu’aux résultats d’admissibilité. Or il y a plein d’avantages à préparer les oraux tôt : non seulement on est mieux préparés pour l’échéance d’avril, mais cela permet aussi de sortir la tête des questions d’écrits, et enfin, cela aide à se projeter après les écrits, donc à s’imaginer admissible, de partir gagnant aux écrits, en quelque sorte.

Dès l’été, en parallèle des questions d’écrits, sur chacune desquelles je passais une ou deux semaines avant de changer, j’avais donc décidé de préparer en vue de l’oral un niveau de classe chaque mois, selon le planning suivant :

  • semaine 1 : lecture des programmes et des fiches eduscol
  • semaine 2 : lecture d’un manuel scolaire et apprentissage des repères de chaque chapitre
  • semaine 3 : historiographie et épistémologie des principales notions
  • semaine 4 : passage d’un oral blanc sur ce niveau

Je n’ai pas réussi à tenir ce programme jusqu’aux écrits, j’ai abandonné au courant de l’automne. Mais ce que j’avais déjà réussi à faire n’était pas perdu, et ce planning m’a aidée à garder les oraux en ligne de mire jusqu’en janvier.

Des ressources audio et vidéo pour travailler

Je me suis énormément servie de podcasts et autres vidéos qui m’ont permis de travailler en faisant la vaisselle, en étendant le linge, en promenant ma fille… J’ai peut-être passé plus de temps à écouter ou à regarder des émissions qu’à lire. Pour être sûre que j’en retenais quelque chose, j’écrivais toujours quelques lignes à la fin de l’émission pour fixer ce que j’avais entendu. Vous trouverez la liste de toutes les ressources sur cette page. Courrez-y, elle est précieuse !

Planifier des entraînements

Pour les dissertations comme pour l’épreuve 3, et pour les oraux, m’entraîner assez tôt m’a semblé important. Grâce à cela :

  • Je me suis rendue compte que ces épreuves étaient très physiques : j’ai donc décidé de faire toutes mes fiches à la main pour me remuscler et gagner en endurance et en rapidité.
  • Je me suis rendue compte que si je continuais à lire, lire, lire, sans faire véritablement l’effort d’apprendre, mes copies ne seraient jamais assez précises.
  • J’ai raté des dissertations et des oraux dès le mois d’août, et il faut bien accepter de rater pour pouvoir progresser !
  • J’ai pu relire les rapports de jury en m’étant déjà frottée aux exercices.

Attention, les entraînement prennent du temps (7h ou 5h pour un écrit, 5h + le temps de passage pour un oral) et fatiguent : bref, on ne fait rien d’autre de la journée ! Je les faisais donc le samedi, j’en parle dans les épisodes 6 et 7.

Commencer à apprendre par cœur suffisamment tôt

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais au début de ma préparation, cela faisait des années que je n’avais pas appris par cœur des connaissances. Ma mémoire était donc bien rouillée, et, dans l’enthousiasme des lectures et de la découverte de ressources nouvelles, j’ai commencé trop tard l’apprentissage par cœur, qui m’aurait certainement permis d’être plus prête pour les épreuves écrites, et de mieux comprendre les ressources que je continuais de lire (en particulier en histoire moderne, j’en parle dans l’épisode 4). J’en ai tiré de bonnes leçons pour la préparation des oraux à partir de février !

2 réflexions sur “#3 Organiser son travail”

  1. MERCI ! MERCI !

    Depuis 1 semaine, j’ai intégré tes podcasts dans mon planning de révision. En préparant à manger, en repassant… Franchement, j’ai l’impression que tu es dans ma tête ! C’est exactement ce que je traverse. C’est d’autant plus particulier que j’ai le même parcours (l’admissibilité en moins ! 😉 ) : CAPES en 2013, marié 2 enfants, avec un temps plein. Je me disais que tu étais peut-être en Picardie (ce qui est mon cas) vu les références APGH Picardie.

    Comme outil, je me suis imposé de croiser très tôt les cours et manuels que j’ai avec les manuels du lycée notamment (je suis en collège) afin de donner une traduction didactique à ce que j’ai lu. Et franchement, c’est très utile pour mémoriser, pour aller à l’essentiel.
    Ensuite, j’ai toujours sous la main les atlas de la collection « Autrement », des atlas historiques (Duby – Grataloup), ainsi que des lexiques : « les 100 mots de la géographie » « les 100 mots de l’histoire » « lexique historique de l’ancien régime »… TRES UTILE : moi aussi, comprendre le mille-feuille fiscal de l’Ancien régime a été un véritable casse-tête.
    Enfin, j’essaie au maximum de prendre des exemples locaux, de Picardie dans l’idée de pouvoir les réutiliser en classe et aussi parce qu’ils me seront plus familiers. Ex : « La répression de la guerre des farines de 1775 dans le Soissonnais » – « La filière de la nacre dans le Vexin au 19ème siècle » …

    Mais là, ce qui est compliqué c’est la mise en croquis de ce que je lis et j’ai en effet l’impression de me perdre dans tout le contenu.

    Bref je serais enthousiaste de discuter avec toi.

    Merci encore pour le coaching. J’exagère à peine, mais si j’ai l’agrégation, je penserai à te faire une dédicace !

    Porte toi bien. (voilà, ta voix est tellement souvent dans la maison que tu es devenue familière…)
    Nicolas

    1. Merci Nicolas, ton message me va droit au cœur ! Cela m’encourage beaucoup et j’espère bien que le podcast sera à tes côtés jusqu’à la réussite.
      On lit bien dans ton message la spécificité de ce concours interne qui nous invite toujours à faire l’aller-retour entre les livres et la classe, je suis sûre que d’autres pourront s’en inspirer ainsi que des références que tu cites.
      Je t’envoie plein d’ondes positives (au sens propre et au figuré !) pour t’accompagner dans ta préparation.
      A bientôt pour la série sur l’oral.
      Caroline

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.